ACCUEIL >>  Vie Associative >>  Amicale des ainés >>  Archivage >>  2013

 
Château de Rambures et musée de la verrerie, avec les Aînés






 

Pour notre première sortie de l’année, nous étions 33 présents. Le président souhaita la bienvenue à tous et se félicita de la présence de deux nouveaux adhérents qui ont souhaité participer à nos sorties.
 
Notre matinée est réservée à la visite du domaine du château fort de Rambures.
 
Le domaine qui est la propriété de la même famille depuis son origine (XI siècle), comprend un château d’architecture militaire du XV siècle, des communs, un parc et une chapelle ; le tout inscrit aux monuments historiques.
 
 Notre guide nous accueille après que chacun eut franchi le pont dormant.
 
 La visite de la demeure des seigneurs de Rambures est un surprenant voyage dans le temps où chaque pièce est le témoin des goûts de ses occupants successifs.
 
 Le château de Rambures est l’un des rares châteaux du moyen âge à subsister dans le département.
 
 La terre de Rambures s’est transmise par héritage et par mariage depuis le XI siècle. Les propriétaires successifs ont d’abord été les seigneurs de Rambures puis vint le Marquis de Rambures en ligne directe.
 
 Ensuite, par alliance est arrivée la famille de la Roche - Fontenilles. Pour notre époque un petit-neveu, Guy le Tellier, Comte de Blanchard hérita du domaine en 1930.
 
 A ce jour, c’est le comte de Blanchard, Marquis de la Roche - Fontenilles qui est le propriétaire.
 
 Le château est un exemple rare d’architecture militaire du XV siècle puisqu’il a, encore aujourd’hui, l’aspect voulu par les architectes militaires de l’époque. Celui-ci fut édifié pendant la guerre de cent ans.
 
C’est le premier château fait de briques et pierres. Cette construction a été voulue dans le but de lui permettre de mieux résister à l’artillerie de l’époque. En effet, contrairement à la pierre, la brique est un matériau souple et élastique qui n’éclate pas lors des impacts.
 
Construit d’une traite et sur une seule base, le château fort s’inscrit à l’emplacement d’une fosse sèche. Huit tours et demi-tours imbriquées lui donnent toute sa majesté. Au cours des XVIIe et XVIII siècle, des travaux d’aménagement sont entrepris pour créer des pièces de réception.
 
 Nous découvrons les intérieurs en compagnie de notre guide. Il nous conte la vie quotidienne aux cours des siècles dans ce fantastique bâtiment.
La salle à manger, la chambre médiévale, la bibliothèque et bien d’autres pièces nous permettent de connaître l’histoire de cette grande famille.
 
Après cette visite forte intéressante et malgré le temps humide, quelques adhérents se sont aventurés dans le parc. Après quelques pas, on découvre une petite chapelle néo-gothique qui abrite les tombes de la famille la Roche - Fontenilles. En pénétrant plus avant, nous découvrons la magnifique roseraie où 510 variétés sont regroupées.
Malheureusement les rosiers ne sont pas en fleurs : la faute aux mauvaises conditions atmosphériques que nous connaissons depuis trop longtemps. Pour les amoureux des roses une autre visite s’impose dans de meilleures conditions.
Pour le repas du midi et son moment de détente, le président a su, comme d’habitude, nous trouver une bonne table.
 
L’après midi nous prenons la direction de la vallée de la Bresle à la limite de la Picardie et de la Normandie. C’est ici que s’est développée l’activité du verre, et particulièrement du flaconnage, un savoir-faire remontant à l’époque gallo-romaine.
Le Musée de la verrerie a élu domicile dans les annexes du Manoir de Fontaine, un ancien corps de ferme à l’architecture du XVIe siècle sur la commune de Blangy-sur-Bresle au cœur de la « Glass Vallée » : un cadre authentique pour une découverte somptueuse.
 
La première partie de notre découverte commence par une visite libre. Au goût de chacun nous pouvons découvrir le musée de la ferme « à la croisée du temps ». Ce musée nous plonge dans le passé plus ou moins lointain. Dans des locaux aménagés près de 400 outils agricoles sont mis en scène pour le plaisir des yeux.
Puis nous accédons au musée de la géologie qui recèle de nombreux fossiles ainsi que des minéraux tant locaux que régionaux et nationaux.
 
Le temps fort de notre visite vient alors et notre guide, passionné, nous révèle l’histoire des métiers des verreries d’autrefois où les hommes, femmes et enfants ont fait la richesse de la vallée de la Bresle pendant des siècles.
 Les premières verreries se sont installées dans la partie normande de la vallée, la forêt d’Eu fournissant l’indispensable bois. Au XIXe siècle, la vallée comptait une dizaine de verreries ; il n’en reste désormais que 5.
Les maîtres verriers fabriquent des dizaines de flacons, des plus simples au plus ouvragés
Aujourd’hui encore, 75% de la production mondiale de la parfumerie de luxe naît ici.
Nous découvrons le travail de la terre réfractaire nécessaire à la conception des creusets et des fours (entrée dans les secrets des compositions et de leurs pigmentations).
Le guide nous présente le recyclage du verre, ainsi que les différentes techniques de production dans le domaine du verre froid : la taille, le polissage, le lustrage, le bouchage. Il nous explique également les techniques du verre chaud, la recuisson du verre et les fabrications manuelles, mécaniques et semi-automatiques.
Si toutes les unités de production sont spécialisées dans le flaconnage, les techniques utilisées sont très différentes avec toutefois un point commun : la fonderie, le moule et le verre sont l’affaire des hommes, et le décor celle des femmes : elles gravent, incrustent, donnent vie au flacon. Alors qu’à Saint-Germain-sur-Bresle le verre est encore soufflé selon la méthode traditionnelle, les Verreries du Courval fabriquent en série, dans des fours à fusion, commandés par ordinateurs.
Ce réseau et ses savoir-faire séculaires, uniques au monde, permettent de proposer aux plus grands noms de la parfumerie, de la cosmétique et des spiritueux, une offre globale qui s’inscrit dans la tradition du luxe « made in France ».
 
Le musée abrite une importante collection de flacons, bouteilles, carafes… en tout 30 000 pièces dont 1200 sont exposées et proviennent toutes de la vallée !
 
 Enfin nous nous émerveillons devant la démonstration du souffleur de verre Hervé Quenu, l’un des derniers souffleurs de verre de la vallée. Elle est commentée dans toutes ses phases par notre guide. Cette complexité est impressionnante.
Le souffleur, par son savoir faire, sa dextérité, ses gestes rituels et précis a été très apprécié des adhérents, Il a reçu, à plusieurs occasions, des applaudissements très nourris : « un régal ». 
 
 le secrétaire : Daniel Yzet 







 



Le château de Rambures



Notre guide commence la visite





La roseraie du château



Dans le musée de la ferme, à Blangy



Autre exemple des nombreux outils exposés



Pour fabriquer du verre...



Les enfants ont longtemps travaillé dans les verreries



Le souffleur prend la pâte de verre dans le four



Fabrication d’une fleur



Mise en place de la tige







Diverses poudres sont mélangées au verre pour obtenir ces couleurs



Fabrication d’un vase-1



Fabrication du vase-2



Fabrication du vase-3



Fabrication du vase-4



Le même vase-5



Le vase s’ouvre...-6



Le vase terminé-7

Accueil du site | Contact |Plan du site | Espace privé
Mis à jour le dimanche 4 novembre 2018